Je recherche

Une nouvelle technique anti-douleur

Patients
Une nouvelle technique anti-douleur

L’hôpital s’est doté d’un appareil de stimulation magnétique transcrânienne répétitive (rTMS).

La rTMS fait ses débuts à l’hôpital de Niort. « Cette technique de soins innovante, non invasive et indolore, permet de traiter les patients qui souffrent de douleurs chroniques neuropathiques - douleurs nerveuses, post-AVC… - et rebelles telle que la fibromyalgie. En psychiatrie, elle s’adresse aux personnes présentant des dépressions résistantes aux traitements,  des hallucinations auditives résiduelles des psychoses, des accouphènes… », expliquent le Dr Pierre Descoins, responsable de l’unité douleur, le Dr Noureddine Hassi, anesthésiste, chef du pôle anesthésie, bloc opératoire, chirurgie ambulatoire et douleur, et le Dr Yannick Deforge, psychiatre en psychogériatrie. « La rTMS, par l’intermédiaire d’une bobine de stimulation externe appliquée au contact du crâne, crée un champ magnétique qui va induire un champ électrique au niveau du cerveau et permettre de stimuler des zones cibles intracérébrales », poursuivent-ils. Elle peut être proposée aux patients lorsque les méthodes médicamenteuses ou non médicamenteuses sont en échec.

 

Plusieurs séances

La prise en charge par rTMS se déroule en plusieurs séances d’environ 20 min chacune. « Il faut compter dix séances pour les patients de neurologie, vingt à trente pour ceux souffrant de fibromyalgie et vingt-cinq pour les patients de psychiatrie », précisent les praticiens. Avant la mise en œuvre d’un programme rTMS, il est préférable  de réaliser une IRM cérébrale du patient. « Nous réalisons une IRM dite de neuronavigation, ce qui permet, lors de la première séance, de confronter les repères de la stimulation sur les zones cibles à l’anatomie cérébrale du patient donnée par l’imagerie », détaillent-ils. Une séance est réalisée tous les jours la première semaine puis une fois par semaine les deux premiers mois, ensuite de façon mensuelle. Le but de la stimulation vise, entre autre, à diminuer l’intensité de la douleur de 30 à 50 % chez 50 % des patients. « Il n’existe pas de contre-indications particulières », assurent les médecins, hormis la présence d’éclat métallique, d’implant intracrânien ou cochléaires. 

Réalisation

Intuitiv