Je recherche

Mieux nous connaître

Mieux nous connaître

L'établissement

Le centre hospitalier de Niort est le plus important établissement de santé des Deux-Sèvres.

Il s’érige comme l’établissement de recours, dans le département, pour les activités de soins de court, moyen et long séjours. Son attractivité s’exerce sur l’ensemble du département ainsi que sur le sud Vendée, distant d’une vingtaine de kilomètres. Il est implanté au coeur de la ville de Niort, ville où il fait bon vivre.

L'établissement Niort s’attache à remplir les missions dévolues à un hôpital de recours : les soins et notamment le développement d’activité de référence pour le territoire de santé et l’enseignement des professionnels paramédicaux. Par ailleurs, le centre hospitalier de Niort s’investit sur  l’animation territoriale.

Le CH de Niort adapte son offre de soins en fonction des besoins de santé de la population.

  • Le territoire desservi

    Un territoire de santé actif

    Les territoires de santé sont arrêtés par le directeur de l’Agence régionale de santé (ARS). L’ARS de Poitou-Charentes a retenu un découpage de la région en 5 territoires de santé : Charente, Vienne et Deux-Sèvres, Charente-Maritime nord et Charente-Maritime sud et est. En Deux-Sèvres, on distingue six territoires de santé de proximité immédiate : trois dans le nord autour du centre hospitalier Nord Deux-Sèvres et (Bressuire, Parthenay, Thouars) et trois dans le sud (Niort, Saint-Maixent et Melle).

  • L'histoire du Centre hospitalier de Niort

    En 1665, Philippe de Montault-Bénac, duc de Navailles, gouverneur de la Ville et du château de Niort, lieutenant général des armées du roi Louis XIV, fonde en dehors de la ville et sur ses deniers personnels, l'hôpital du Saint-Esprit. La Ville de Niort répond ainsi à l'Edit royal de 1662 ordonnant la création dans chaque ville d'un hôpital général "pour y loger, enfermer et nourrir les pauvres, mendiants, invalides, natifs des lieux, comme aussi les enfants orphelins ou nés de parents mendiants".

    Le XVIIIe siècle voit le développement de l'hôpital autour du cloître et de la cour d'honneur et le XIXe siècle la création du quartier de la Providence, un asile pour les aliénés. Le début du XXe marque le développement des services médicaux et chirurgicaux. C'est la rénovation de l'hôpital considéré alors comme le "Prototype idéal du Centre Hospitalier de province". A cette époque sont construits les bâtiments avenue Saint-Jean d'Angély et les bâtiments ex-médecines B, C et D.

    De son origine à aujourd'hui, le Centre hospitalier, établissement public de santé, garantit l'égal accès de tous aux soins qu'il dispense. Il est ouvert à toutes les personnes dont l'état requiert ses services. Il doit être en mesure de les accueillir de jour et de nuit, éventuellement en urgence, ou d'assurer leur admission dans un autre établissement public de santé. Il dispense aux patients les soins préventifs, curatifs ou palliatifs que requiert leur état et veille à la continuité de ces soins, en s'assurant qu'à l'issue de leur admission ou de leur hébergement, tous les patients disposent des conditions d'existence nécessaires à la poursuite de leur traitement. A cette fin, il oriente les patients sortants ne disposant pas de telles conditions d'existence vers des structures prenant en compte la précarité de leur situation.

Réalisation

Intuitiv